A l'occasion de la semaine du développement durable, cette année, IODDE / CPIE Marennes-Oléron a convié ses bénévoles à participer à deux journées thématiques, instructives et conviviales.

Nos spécialistes des algues, Jean-François, Jacques et Sarah ont organisé une marée de terrain à la découverte des différentes espèces présentes sur l'île. Du Chondrus crispus à l'ulve, en passant par la sargasse, une trentaine de variétés a pu être observée.


Le Chondrus (le "petit sart") était récolté en abondance il y a quelques siècles. L'église de Saint-Georges d'Oléron en témoigne d'ailleurs : elle porte à son fronton plusieurs sculptures représentant cette algue, dont on extrait un gélifiant encore très répandu en alimentation. L'Ulve, c'est l'algue verte, celle que l'on n'aime pas trop voir s'accumuler sur nos plages en été... Mais on peut aussi la déguster, en salade ou en friture autour de bonnes petites crevettes... Merci Dominique pour la recette !

Les sciences participatives étaient à l'honneur le samedi. Après une présentation générale d'Adrien, place au terrain avec 3 programmes testés par les bénévoles.

Le premier, "biolit" (pour biodiversité littorale) consiste à recueillir des informations sur les espèces présentes sur les estrans rocheux. Le programme a été présenté par Laurent Wenk, de l'association Planète Mer. Par petits groupes, les bénévoles se sont ensuite déployés sur l'estran de La Brée.


Le projet CapOeRa (pour Capsules d’œufs de raies) est bien connu ici puisque depuis plusieurs années, notre association relaie localement l'action et a déjà fourni plusieurs milliers d'échantillons. C'est l'APECS (Association pour l’Étude et la Conservation des Sélaciens), basée à Brest, qui coordonne. En quelques minutes de promenade sur la plage, 150 capsules étaient trouvées, de 2 espèces différentes (la raie brunette, largement majoritaire, et la raie lisse).

Enfin le projet "Spipoll" (pour " insectes pollinisateurs") a été expérimenté : chacun a choisi une espèce de fleur dans un périmètre, en l'occurrence le domaine du Douhet, et  photographié en 20 minutes le plus possible d'espèces d'insectes présentes. Puis retour au local pour une détermination, phase un peu plus studieuse !


Ces deux journées ont permis de passer des moments fort sympathiques, et peut-être, de faire naitre quelques vocations... Objectifs atteints !
Photos de Maria Boggia, Patrice Basset, Jean-Baptiste Bonnin