IODDE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Insolite

Fil des billets

samedi 1 avril 2017

L'ancre du Titanic retrouvée à Chassiron !

Une découverte inattendue vient d'être attestée sur Chassiron : c'est bien une grande partie de l'une des ancres du célèbre Titanic qui s'est retrouvée à la pointe de l'île.

Les grandes marées et l'anticyclone ont découvert un estran plus vaste que d'habitude à Chassiron. En sortie avec des étudiants de licence dans la concession scientifique, nous avons été intrigués et avons lancé la recherche. Le professeur IAMTKOTW, archiviste du Titanic, a pu constater de lui-même l'intérêt majeur de la découverte : "Nous avons retrouvé de nombreuses pièces du bateau, parfois très loin du lieu du naufrage, mais pour un objet aussi lourd, toute l'intrigue va être de retracer son itinéraire depuis le naufrage au large de Terre-Neuve en avril 1912 !" explique-t-il. 

Nous tenions à vous faire part de la découverte avant sa publication officielle !

samedi 2 avril 2016

Finalement, point de bouquetins...

Bien sûr que c'était un gros poisson d'avril ! Il n'est pas question de mener un tel projet d'introduction de bouquetins sur Chassiron, il y a d'autres priorités...
Merci à Jean-Pierre Choisy (qui est réellement le spécialiste de l'espèce !) pour sa complicité. Si nos lecteurs veulent aller observer des bouquetins, il leur faudra aller en montagne. Même à basse altitude, mais tout de même en montagne. 

Allez il reste un peu moins d'un an pour mettre au point le prochain "poisson". Cela devrait suffire !

lundi 1 février 2016

Le chant des rainettes

En ce premier jour de février, il n'est pas commun d'entendre des rainettes méridionales chanter... C'est le signe que la température dépasse les 10°C, seuil qui influence la vie de beaucoup d'espèces de notre région. Il n'est pas forcément simple pour elles d'hésiter entre un mode de vie ralenti "hiver" ou actif "printemps"... Mais dans l'impossibilité de les interviewer, on ne peut qu’apprécier leur présence, par le son et même pourquoi pas sur la porte du bureau du CPIE !

vendredi 11 septembre 2015

Un spectaculaire échouage de méduses

Ce matin en allant sensibiliser quelques pêcheurs à pied sur la plage de Boyardville, nous avons été surpris de voir plusieurs méduses sur la plage. Et plus on regardait, plus on en voyait ! On pouvait estimer leur nombre à environ 500, toutes regroupées sur quelques ares dans le coin de la plage, près du chenal. 

Il s'agit de rhizostomes, ou "méduses choux-fleur", impressionnantes par la taille mais non urticantes. De là à expliquer ce phénomène inhabituel... Sans doute une combinaison de facteurs, et principalement un petit courant qui a convergé ici dans la petite baie formée par l'épi rocheux. On le sait, les méduses sont souvent regroupées. La côte atlantique avait accueilli plusieurs espèces en fin de printemps, en assez grand nombre. Ce fut plus calme cet été. 

Pour en savoir plus sur les méduses, consultez un article sur notre page facebook : cliquetez ici.

lundi 15 juin 2015

Oh, non...

Ce dimanche en balade sur la côte d'Oléron, passe de Saint-Séverin, une vision pénible :

On ne peut s'empêcher de retracer le parcours mental de la personne qui a été jusqu'à Marennes (probablement) faire l'acquisition de ce produit, l'a rapporté ici plus de 20 km plus loin, pour en avaler la moitié en profitant peut-être du paysage, puis l'a abandonné bien en évidence au beau milieu de l'allée. Et en plus il faut rester poli et compréhensif... Grrrrrr !

vendredi 15 mai 2015

Le printemps au Douhet

Les naturalistes ont de quoi faire actuellement ! C'est le cas bien sûr autour de nos bureaux : orchidées, cynoglosse des dunes, fourmis, papillons...

... Et même à l'intérieur de nos locaux : cette semaine une belle vipère aspic a profité des portes ouvertes pour se lover dans le sac d'une collègue, qui n'a pas caché une légère émotion en l'ouvrant, à l'heure de débaucher... Le reptile a finalement été tranquillement guidé vers l'extérieur où il dispose tout de même de près de 5 hectares pour s'épanouir.

Suivez les nouvelles du domaine du Douhet sur notre page Facebook : https://fr-fr.facebook.com/cpiemarennesoleron

jeudi 24 novembre 2011

IODDE en mission à Mayotte

Nous venons de recevoir quelques nouvelles de notre équipe de spécialistes (Bertrand et Adrien), qui sont actuellement en mission auprès du Parc Naturel Marin de Mayotte. Ce Parc prépare son plan de gestion et souhaite y incorporer un suivi méthodique de l'activité de pêche à pied. Nous avons été invités à mettre en place cette méthode avec l'équipe du Parc marin, sur place, pendant trois semaines.

Mayotte présente des caractéristiques assez contrastées. L'un des plus grands lagons du monde (plus de 1000 km²), un récif de corail de 160 km de long, des plages de sable fin, des conditions tropicales, l'océan indien eaux cristallines peuplées d'espèces de toute beauté... La carte postale est des plus attrayantes ! Cependant, les conditions de vie ne sont pas toujours faciles, les ressentiments vis à vis de la métropole ne sont pas unanimes (c'est, depuis peu, un département français), et actuellement la grève couve toujours en réaction à la vie très chère, en particulier pour l'alimentation.

Il y a une véritable culture de la pêche à pied, vivrière, diversifiée. Le marnage est d'environ 4 mètres (il est d'un peu plus de 5 mètres à Oléron), ce qui permet à de beaux "platiers" de découvrir lors des grands coefficients.

Notre travail est donc de mettre en place une méthodologie scientifique et adaptée à la fois au terrain (certains sites sont assez compliqués) et aux pratiques de pêche très différentes, sans compter la grande diversité d'espèces pêchées. Sur la base de notre expérience et de ces réalités locales, il faut formaliser une technique d'échantillonnage reproductible, pour rendre possibles des extrapolations les plus fiables possible.



Ces jours-ci, c'est également une grande marée là-bas, l'occasion d'aller observer les pêcheurs sur les récifs, de tester des questionnaires, de récolter les premières données. Elles seront ensuite saisies, organisées, traitées, analysées...  Et le suivi pourra ensuite démarrer, sans nous cette fois. Même si nous aurons toujours plaisir à suivre les opérations, sans doute à distance, depuis notre beau territoire de Marennes-Oléron !

Tous nos remerciements à Adrien & Bertrand pour ces superbes images. Nous en aurons peut-être d'autres d'ici la fin de la mission... Aventure à suivre !

mardi 15 septembre 2009

Odyssée de l'estran

Pendant l'escale du "Fleur de Lampaul" (quelqu'un n'est pas encore au courant ? !), vous pourrez entre autres admirer une exposition de photographies, sur différents thèmes liés à l'estran d'Oléron. Et parmi ces images, il en est quelques-unes des plus étonnantes : des animaux qu'on n'ose guère imaginer en rêve mais qui pourtant existent bel et bien. En guise d'apéritif (pour les yeux), voici deux photographies de Mathieu LE DUIGOU (Chercheur à l'Université de La Rochelle et pour IODDE).

Cette Doris cantabrique (photo ci-dessus) alias Hypselodoris cantabrica, fait partie du groupe des nudibranches, où l'on retrouve des animaux vraiment incroyables. Y compris à Chassiron, oui.
Quant à l'anémone gemme, ci-dessous, elle répond (si tout va bien) au doux sobriquet de Aulactinia verrucosa (précisons : anciennement Bunodactis verrucosa, histoire que chacun puisse mettre à jour ses connaissances...).

L'exposition sera visible entre 16h et 18h30, vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 septembre, dans la salle de l'YCO sur le port de Saint-Denis d'Oléron (près de la capitainerie). Entrée libre et gratuite !

mercredi 11 février 2009

Un petit tour en Nouvelle Calédonie !

Aux antipodes, la pêche à pied est aussi pratiquée. Elle est même étudiée de près : depuis plus d'un an, Haizea Jimenez travaille dans le cadre sa thèse universitaire sur la Nouvelle Calédonie : quelles sont les pratiques, qui sont les pêcheurs, quels sont les prélèvements, et les problèmes que cela pose...

Haizea nous a fait parvenir ces jours-ci un véritable reportage photographique à l'attention des visiteurs de notre blog. Alors que l'hiver a l'air de vouloir s'attarder sur nous, nous vous proposons un bon bain d'exotisme !

Première particularité : les coraux. On retrouve ce type de platier récifal aux abords des îlots. On le distinguera des estrans plutôt sableux (photo ci-dessous) et plutôt herbeux (photo suivante).

La pêche à pied nous a semblé compliquée à étudier sur Marennes Oléron, car il y a différents types d'estrans, de pêcheurs et d'habitudes, différentes espèces, etc. En Nouvelle Calédonie, Haizea est confrontée au même type de complexité, avec en plus des espèces bien plus nombreuses (une soixantaine), pas toujours faciles à identifier : 6 espèces de bénitiers différents, par exemple, comme celui-ci, photographié dans une réserve, et qui a été mesuré à 40 cm de diamètre... Son nom scientifique : Hippopus hippopus.

La pêche est de type opportuniste :aux grandes marées, on part sur l'estran et on récolte une grande diversité de coquillages. Il ne semble pas qu'il y ait de spécialistes (contrairement à chez nous comme pour les palourdes, les couteaux ou les étrilles). Ceci complique bien sûr le travail de diagnostic, puisqu'il faut examiner précisément le contenu de chaque panier pour mesurer les récoltes.

Vous avez remarqué les cocotiers sur la plage ? Ou le sac de pêche qui est lui assez commun avec ce que l'on trouve ici ! Et qui contient (photo suivante) des espèces habituelles des platiers sablo-vaseux et herbeux : au centre, un "Porte-montre" Chicoreus ramosus, entouré de palourdes locales Anadara antiquata et de "savonettes" Perilgypta puerpera, bivalve ressemblant aux praires.

Autres exemples d'espèces récoltées à pied (photo suivante) : trois poulpes Octopus cyanea, de nombreux lambis qui sont appelés "araignées" là-bas Lambis truncata, un petit bénitier en haut de l'espèce Tridacna maxima. Les plus perspicaces auront aussi remarqué une troca (proche de nos troques) : Trochus niloticus.

Les lambis sont très prisés par les pêcheurs à pied.

Ci-dessus, vous aurez reconnu les bénitiers, et à gauche des bigorneaux (différents des nôtres là aussi !) : Turbo setosus.
Ci-dessous, à nouveau le Porte-montre, un cône Conus marmoreus, des palourdes Tapes literatus et une autre espèce de savonette : Perilgypta puerpera.

La pêche à pied est donc bien différente en Nouvelle Calédonie. Il y a par exemple de nombreuses propriétés privées pour lesquelles il faut demander une autorisation d'accès au chef de tribu.
Malgré tout, il semble que l'accueil des pêcheurs à pied soit aussi favorable qu'ici : ils se prêtent aimablement aux questionnaires et permettent à la thèse d'Haizea de progresser. C'est encourageant. 

Cette dernière photo nous ferait presque revenir à nos platiers rocheux : à part un ou deux costumes inhabituels sous nos contrées, on se croirait aux Huttes !

Un grand merci à Haizea pour ce petit voyage. Nous restons en contact et continuons d'échanger nos informations. Et bien sûr, nous serions très flattés d'apprendre que les calédoniens trouvent nos bigorneaux et nos couteaux tout à fait extraordinaires...

dimanche 4 janvier 2009

La banquise a-t-elle atteint l'Ile d'Oléron ?

Bonne année à vous tous !

Pour commencer 2009, voici quelques images prises ce matin le long de la route des huîtres, près du port de la baudissière, sur Oléron... C'est frais mais c'est beau !!


Une petite explication s'impose : cette "neige" se forme par gel progressif de l'écume quand la marée descend, sous l'effet du vent et du froid. Cela arrive assez rarement sur nos côtes. On n'a pas eu de neige (ou presque) mais on a eu la banquise : qui dit mieux ?

- page 1 de 2